Tu reprendras bien un petit jus de raisin?

Ils partirent deux mille; mais par un prompt renfort (de police)
Ils se virent soixante en arrivant au port (de Tunis) (c’est juste pour la rime) (oh, ça va, hein!)

Tiens, jette un oeil (le tien, pas celui de ton petit frère, et surtout pas trop loin, sinon tu ne pourras pas lire la suite, et alors à quoi ça me servirait de l’écrire, la suite, si ton oeil il est resté là-bas?) là-dessus : là où il faut jeter l’oeil. C’est bon? Ce n’était pas trop long? Ramène ton oeil maintenant.

Apéroment, ça ne marche pas. L’apéro géant sans alcool (la fête est plus folle) (désolée, ça m’échappe à chaque fois)? Je dirais plutôt que ce qui ne marche pas, mais ce n’est que mon opinion à moi, et je ne la donne pas, je la garde, je me contente de te la soumettre, je disais donc que ce qui ne fonctionne pas, à mon avis, c’est sans doute l’organisation encadré et réglementé d’un rassemblement qui a pour quintessence la non préparation, le caractère bon enfant et l’auto-discipline. C’est tout du moins ce que j’en ai compris. Tu sais, moi, facedechèvre, je résiste encore contre vents et marées-vous malgré les milliers de sollicitations, et bien que je me sente de plus en plus seule dans mon réseau de résistance. A tel point que je commence même à me demander si je ne vais pas craquer et me laisser tenter en y glissant un orteil curieux. Bref, pour l’heure, non seulement je n’y connais rien, mais j’ai en plus un certain nombre d’a priori à l’égard de ce fichage volontaire « réseau social ». Tout ça pour te dire que tout ce qui sort de facedechèvre n’est pas parole d’évangile pour moi, et même que j’aurais plutôt tendance à fortement m’en méfier. Ca se discute, comme dirait l’autre, mais j’ai sans nul doute raison. Néanmoins, cela ne m’a pas empêché d’écouter la polémique entourant les fameux apéro-géant du réseau internet d’une oreille d’abord intéressée et neutre, bien que je ne sois nullement concernée par ce genre d’évènement : d’abord je n’aime pas les gens, donc je ne vois pas pourquoi j’irais volontairement me mélanger à eux; ensuite je ne suis pas inscrite sur le bidule, enfin je n’aime pas les gens, surtout ceux que je ne connais pas (ceux-là, c’est vraiment ceux que j’aime le moins). Et ce que j’en ai entendu m’a plutôt convaincu : la majeure partie, apparemment (les apparences sont certes souvent trompeuses), des participants ne le font pas pour se bourrer la gueule en collectivité pour le plaisir de se vomir les uns sur les autres (ça ils le font déjà le samedi soir, faut savoir varier les plaisirs), mais seulement dans l’idée de rencontrer là des personnes ayant pour unique point commun d’avoir répondu à ce rendez-vous informel. « Informel », voilà le mot donc que je cherchais. Pas de forme, pas de contours prédéfinis, quelques heures dans sa vie si bien calibrée, régie par tant et tant de lois (au sens large du terme), où l’on décide de se mettre en pause pour faire une parenthèse (enfin deux : l’une à ouvrir, l’autre à fermer) en dehors des clous, sans pour autant vouloir enfreindre ou contourner les règles. Peut-être, sûrement même, se leurrent-ils et ils ne font que s’enliser dans un conformisme différent, autre, au moins essayent-ils quelque chose. Ensuite ils reprendront la route, respecteront ses codes, mais un court moment, ils auront eu la sensation de faire une halte salvatrice, sans pour autant devoir se mettre hors-la-loi. Peut-être même le symbole, la marque d’un certain renoncement à se rebeller contre les lois de la société, la reconnaissance de sa soumission, puisque au fond, rien ne sera changé par la suite et tout gardera la même place.

Alors pourquoi vouloir contrôler ces rassemblements, vouloir trouver des « responsables »? Les participants eux-mêmes ne sont-ils pas des gens « responsables », au moins de leurs propres actes, à leur égard comme à l’égard des tiers? Ne sont-ils qu’une colonie d’enfants à encadrer, à protéger d’eux-même et des autres? Pourquoi faudrait-il trouver un responsable unique qui devrait répondre de l’ensemble des actes d’un groupe d’individus? Parce que c’est plus simple? Parce que les individus n’existent pas en dehors de ce groupe facebook indivisible? Et enfin, et surtout surtout, pourquoi je suis en train de parler toute seule?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s